Contactez-nous : 02 32 76 65 65

Comment enregistrer une dépréciation comptable ?

Dès lors qu’un élément de l’actif d’une entreprise perd suffisamment de valeur pour que sa valeur actuelle soit inférieure à sa valeur nette comptable, une dépréciation doit être enregistrée. Voyons ensemble comment procéder à cet enregistrement.

Une dépréciation comptable, c’est quoi ?

Étant donné que le bilan comptable doit représenter le plus fidèlement possible le patrimoine d’une entreprise, il n’est pas rare d’enregistrer une dépréciation.

Cette dépréciation correspond à la constatation de la perte de valeur d’un actif d’une entreprise. Elle s’enregistre à la clôture de l’exercice dès lors que la valeur actuelle de cet actif est inférieure à sa valeur nette comptable. Elle est donc une moins-value latente.

dépréciation comptable

Les éléments de l’actif concernés par une dépréciation

Plusieurs éléments de l’actif peuvent faire l’objet d’une dépréciation :

  • Les immobilisations. Si la perte de valeur d’une immobilisation est plus rapide que le plan d’amortissement — qui est, rappelons-le, uniquement fondé sur l’utilisation d’un bien — un test de dépréciation peut être réalisé afin de connaître la réelle valeur de l’immobilisation à un instant t. La valeur d’inventaire réajustée en prenant en compte la dépréciation sera d’ailleurs utilisée pour calculer les prochains amortissements de l’immobilisation.
  • Les stocks. La dépréciation doit être enregistrée dès lors que leur valeur actuelle est inférieure à leur valeur nette comptable.
  • Les créances clients. Elles peuvent faire l’objet d’une dépréciation dès lors que le risque de non-recouvrement des créances est élevé.
  • Les immobilisations financières. Une dépréciation doit être enregistrée lorsque la valeur d’inventaire est inférieure à la valeur d’entrée dans le patrimoine.

Comment enregistrer une dépréciation comptable ?

Dès lors qu’une entreprise désire enregistrer la dépréciation comptable d’une immobilisation corporelle ou incorporelle, elle va devoir passer une écriture qui consiste à débiter le compte « 6816 – Dotation pour dépréciation des immobilisations incorporelles ou corporelles » et à créditer la subdivision correspondante du compte « 29 – Dépréciation des immobilisations ».

À noter que toute dépréciation doit faire l’objet d’une reprise lorsqu’elle n’a plus lieu d’être. Il faut alors débiter la subdivision correspondante du compte « 29 — Dépréciation des immobilisations » et créditer le compte « 7816 — Reprises sur dépréciations des immobilisations incorporelles et corporelles ».

Pour une dépréciation de stocks, la logique comptable sera la même, un compte 68xx différent devant être utilisé.

Laisser un commentaire