Contactez-nous : 02 32 76 65 65

Qu’est-ce qu’un retraitement comptable ?

Lors du processus de consolidation comptable, il est fréquent qu’une entreprise soit conduite à passer des écritures comptables appelées « retraitements ».

Si il est conseillé d'avoir recours à l'expertise d'un cabinet comptable pour effectuer ce genre d'activité, il est tout de même possible d'appliquer ces méthodes soi-même. Voyons donc ensemble ce qui se cache derrière cette notion et quels sont les retraitements obligatoires.

Un retraitement comptable, c’est quoi ?

Parce que la consolidation comptable doit permettre de donner une représentation cohérente de l’ensemble formé par plusieurs entreprises, et ce comme s’il ne s’agissait que d’une seule et unique entreprise, des retraitements s’imposent.

Ces retraitements prennent la forme d’écritures comptables qui ont vocation à corriger les comptes et à les mettre en conformité que ce soit avec les règles de présentation définies au sein d’une entité ou avec les normes IFRS.

retraitement comptable

Par exemple, il s’avère indispensable de supprimer les opérations qui sont internes au groupe et de retraiter les comptes des filiales afin qu’ils respectent la législation et la réglementation fiscale du pays où elles sont implantées.

De manière générale, les retraitements comptables correspondent donc à l’ajustement des comptes réciproques, à l’homogénéisation des modes d’évaluation et à l’harmonisation des dates d’arrêté des écritures.

Les retraitements comptables obligatoires

La plupart des entreprises effectuent des retraitements comptables afin de mettre leurs comptes en conformité avec les normes IFRS. Celles-ci prévoient, entre autres, de nombreux retraitements obligatoires afin d’éliminer l’incidence des écritures liées à une réglementation fiscale nationale. En voici une liste non exhaustive :

  • L’homogénéisation des comptes (immobilisations corporelles, provisions…) avant l’inclusion dans le périmètre de consolidation
  • La suppression des provisions réglementées passées pour profiter d’une réduction fiscale
  • La suppression des amortissements dérogatoires puisqu’ils n’ont pas leur place dans des comptes consolidés
  • La comptabilisation des impôts différés
  • Le retraitement des subventions d’investissement
  • La capitalisation de certains frais accessoires liés à l’acquisition d’immobilisations

Il existe néanmoins quelques exceptions. En effet, une entreprise n’est pas obligée de procéder à des retraitements comptables dans deux situations précises :

  • La passation entraîne des coûts de remontée prohibitifs pour l’entreprise
  • Les éléments à retraiter n’ont aucun impact sur la présentation ou l’évaluation des comptes.

Laisser un commentaire