Contactez-nous : 02 32 76 65 65

Comptabilité : quelle est la différence entre la méthode à l’avancement et la méthode à l’achèvement ?

Il est fréquent que des entreprises soient conduites à devoir traiter en comptabilité et en fiscalité des contrats longs. Dans pareille situation, deux méthodes de comptabilisation sont autorisées : la méthode à l’avancement et la méthode à l’achèvement. Voyons donc dans cet article quelle est la principale différence entre ces méthodes.

Qu’est-ce qu’un contrat à long terme ?

Dans de nombreux secteurs d’activité, il est fréquent que des sociétés soient amenées à gérer des contrats dits « à long terme ».

Selon l’article 380-1 du Plan Comptable Général, un contrat à long terme est « un contrat spécifiquement négocié dans le cadre d’un projet unique portant sur la construction ou la réalisation d’un bien ou service et dont l’exécution s’étend sur au moins deux exercices comptables ».

Dans le monde du bâtiment par exemple, le recours à de tels contrats est fréquent.

L’indispensable calcul de la marge prévisionnelle

En premier lieu, l’entreprise va devoir déterminer la marge prévisionnelle qu’elle pense dégager sur ses contrats à long terme.

Pour ce faire, il lui suffit d’appliquer la formule suivante :

Marge prévisionnelle = produits certains et rattachables au contrat — coût de revient du contrat

Selon que celle-ci soit positive ou négative, des conséquences apparaîtront en comptabilité.

 

La comptabilisation d’un contrat à long terme avec la méthode de l’avancement

Méthode préférentielle jusqu’en 2018 pour enregistrer un contrat à long terme, la méthode de l’avancement est depuis concurrencée et ne peut être utilisée que lorsque deux conditions précises sont réunies :

  • L’entreprise peut évaluer les biens et les travaux en cours à la clôture d’un exercice comptable
  • L’entreprise est capable d’établir des documents comptables prévisionnels

méthode avancement et achèvement

Lorsque les contrats longs sont bénéficiaires (marge prévisionnelle positive), les charges engagées tout au long du contrat sont enregistrées normalement. À la clôture de l’exercice, les charges sont neutralisées par la constatation de stocks, de travaux en cours et par des charges constatées d’avance. Un pourcentage d’avancement sera calculé pour ajuster toutes les données.

Lorsque les contrats longs sont déficitaires (marge prévisionnelle négative), une perte sera constatée sous forme de provision dès qu’elle est connue. À la fin de l’exercice, le supplément de perte non encore réalisé doit être enregistré en provision pour risques.

La comptabilisation d’un contrat à long terme avec la méthode de l’achèvement

En appliquant la méthode de l’achèvement, le résultat et le chiffre d’affaires ne sont plus que comptabilisés lorsque le bien est livré ou lorsque la prestation de services est exécutée.

Lorsque les contrats longs sont bénéficiaires, les dépenses supportées dans le cadre de l’exercice comptable sont comptabilisées normalement. À la clôture, les en-cours seront valorisés et comptabilisés mais la marge doit être exclue de la valorisation. Au terme du contrat, l’extourne des « en-cours » permet de déterminer le bénéfice.

Lorsque les contrats sont déficitaires, une provision doit être constatée indépendamment de l’avancement. Elle doit inclure :

Si vous avez besoin de plus d'informations, n'hésitez pas à contacter un expert comptable.

Partagez cet article :

Laisser un commentaire