Contactez-nous : 02 32 76 65 65

Produits encaissables et non encaissables : quelles différences ?

La comptabilité est une discipline complexe dans laquelle il est essentiel de distinguer les produits générant des flux de trésorerie et les autres produits. En effet, cette différence entre produits encaissables et non encaissables est fondamentale pour établir un budget trésorerie ou calculer des indicateurs économiques fiables.

Un produit encaissable, c’est quoi ?

Comme son nom l’indique, un produit encaissable est un produit du compte de résultat qui génère un flux de trésorerie positif pour l’entreprise. Autrement dit, il est à l’origine d’une entrée d’argent, ce dernier pouvant provenir des clients, des organismes sociaux, des établissements bancaires ou encore de l’Etat.

Parmi les produits encaissables, se trouvent les ventes de marchandises ou prestations de services (compte 70), les subventions d’exploitation (compte 74), les autres produits de gestion courante (compte 75) comme les redevances pour brevets et licences ou les revenus immobiliers ou encore les produits financiers (compte 76).

différence produit encaissable non encaissable

Un produit non encaissable, c’est quoi ?

Egalement connu sous le nom de « produit calculé », un produit non encaissable ne s’accompagne pas d’un flux de trésorerie. S’il n’est pas à l’origine d’une entrée d’argent dans les caisses, il concourt en revanche à modifier le résultat  puisqu’il apparaît dans la comptabilité de l'entreprise.

S’ils sont peu nombreux, les produits non encaissables correspondent généralement à une quote-part des subventions d’investissement ou aux reprises sur amortissements et provisions.

Pourquoi distinguer les produits encaissables et les produits non encaissables ?

Il y a deux situations qui doivent inciter les entreprises à distinguer produits encaissables et produits non encaissables :

  • L’établissement d’un budget trésorerie. Dès lors qu’une entreprise veut réaliser des prévisions financières, elle doit élaborer un compte de résultat prévisionnel. Celui-ci intègre tous les produits de l’entreprise, quelle que soit leur forme.

En revanche, s’il est aussi question de connaître le budget de trésorerie prévisionnel, il ne faut pas omettre de retirer les produits encaissables

  • Le calcul des indicateurs financiers. Afin de déterminer sa capacité d’autofinancement, c’est-à-dire le flux potentiel de trésorerie dont elle peut profiter, une entreprise ne doit pas prendre en compte tous ses produits. Sa formule de calcul est :

Capacité d’autofinancement = Produits encaissables – Charges décaissables

= (Total des produits – Produits non encaissables) – Charges décaissables

 

Partagez cet article :

Laisser un commentaire