Contactez-nous : 02 32 76 65 65

Record de créations d’entreprise en France en 2019

Le 15 janvier dernier, l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Études Économiques) a annoncé que 815 000 entreprises avaient été créées en France en 2019, ce qui constitue un nouveau record. Pour autant, il ne faut pas y voir une soudaine frénésie pour l’entrepreneuriat dans l’Hexagone. Explications… 

La microentreprise pour booster les créations d’entreprise en France

Toutes les prévisions laissaient penser que 2019 serait une bonne année pour les créations d’entreprise, elles ne s’étaient pas trompées.

comptable création d'entrepriseAu cours de l’année qui vient de s’écouler, 815 000 entreprises ont été créées, soit presque 18 % de plus qu’en 2018. Toutefois, tous les statuts n’ont pas rencontré le même succès, celui de la microentreprise ayant à lui seul concentré plus de la moitié des créations (+25 % par rapport en 2018).

Lancé il y a maintenant 10 ans, le régime de la microentreprise séduit toujours autant du fait des simplifications administratives qu’il autorise et de la fiscalité qu’il propose. La valorisation des aides à la création d’entreprise ou le doublement des plafonds de chiffre d’affaires ont probablement aussi eu une incidence.

Pour autant, pour les spécialistes du marché du travail, ce boom de la microentreprise est surtout lié à l’émergence d’une nouvelle vision du travail chez les Français. Beaucoup souhaitent effectivement tenter d’allier épanouissement personnel et travail alimentaire. Un pari trop rarement gagnant…

La cruelle réalité des microentreprises

Si le boom de la création de microentreprises pourrait avoir tout d’une bonne nouvelle pour l’économie, les effets sont en réalité plutôt limités. Il y a plusieurs explications à cela. 

D’abord, la durée de vie de ces structures est réduite puisque seul un tiers d’entre elles perdurent après le 3e anniversaire. Certes, quelques-unes ont réussi et se sont orientées vers un nouveau statut pour poursuivre leur aventure mais la majorité a connu un échec.

Ensuite, comme le révèlent les chiffres de l’INSEE, 46 % des fondateurs de microentreprises sont salariés par ailleurs. Cela montre que le statut d’autoentrepreneur est prisé pour lancer une activité secondaire et avoir un complément de revenus.

Enfin, le boom de l’économie numérique est tel que « de nombreuses personnes sans diplôme voient dans l’auto-emploi un moyen de s’en sortir » selon le sociologue Pierre-Marie Chauvin. Souvent, ils travaillent pour des plateformes en ligne, ce qui tend à rendre floue la frontière qui sépare l’entrepreneuriat et le salariat.

Si vous avez un projet de création d'entreprise, n'hésitez pas à contacter un expert comptable pour obtenir des conseils personnalisés de la part de professionnels.

Partagez cet article :
, ,

Laisser un commentaire