Contactez-nous : 02 32 76 65 65

Capacité d’autofinancement : comment l’intégrer dans un business plan ?

Indicateur financier mesurant les ressources créées par une entreprise dans le cadre de son activité, la capacité d’autofinancement (CAF) est un élément essentiel de tout business plan. Aussi, après avoir évoqué son intérêt, voyons ensemble comment elle doit être présentée dans un business plan.

La capacité d’autofinancement, un indicateur essentiel pour le porteur de projet et ses partenaires

Alors que la capacité d’autofinancement correspond à la différence entre les produits encaissables et les charges décaissables, elle est un indicateur clé dans tout projet de création ou de reprise d’entreprise.

En effet, la capacité d’autofinancement prévisionnelle indique au porteur de projet si l’activité de l’entreprise va dégager des fonds pouvant contribuer à rembourser les dettes souscrites, à verser des dividendes aux associés ou actionnaires ou surtout à conduire de nouveaux investissements.

la capacité d'auto-financement dans un business plan

La capacité d’autofinancement intégrée à votre business plan sera aussi scrutée de près par les partenaires :

  • les banques vont s’appuyer sur elle pour calculer la capacité de remboursement (dettes financières/capacité d’autofinancement) et donc déterminer dans quelles conditions elles peuvent vous octroyer un prêt.
  • les potentiels investisseurs auront quant à eux recours au taux de rentabilité opérationnelle (capacité d’autofinancement/chiffre d’affaires) pour savoir s’ils accompagnent le projet

L’intégration de la capacité d’autofinancement au business plan

Afin de mettre en lumière la capacité d’autofinancement dans votre business plan, il est pertinent d'établir un tableau prévisionnel sur 3 voire 4 ans.

L’idée est de la décomposer en laissant apparaître les données liées aux différents éléments de sa formule de calcul :

CAF = Résultat de l’exercice + Dotations aux Amortissements, Provisions et Dépréciations + Valeur nette comptable des immobilisations cédées – Reprises sur Amortissements, Provisions et Dépréciations – Produits de cession des immobilisations – Subventions d’investissement virées au compte de résultat

N’oubliez pas non plus de faire apparaître la capacité d’autofinancement dans votre plan de financement pour illustrer les besoins qu’elle peut couvrir.

L’amélioration de la capacité d’autofinancement présente dans le business plan

Afin d’améliorer la capacité d’autofinancement, un porteur de projet a deux possibilités :

  • Augmenter le chiffre d’affaires prévisionnel. La mise en place d’un programme de fidélité peut justifier cette hausse.
  • Optimiser la structure des coûts. Le recours aux charges variables plutôt qu’aux charges fixes conduit à diminuer les frais engagés.

Si vous souhaitez des informations complémentaires, demandez conseil auprès de votre cabinet d'expert comptable.

Laisser un commentaire